Contrat Creative Commons
Le contenu de ce site, texte et images,
est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
imprimer

Qu'est-ce qu'un mythe ?


Sur Wikipedia

Un mythe est un récit, porté à l'origine par une tradition orale, qui tend à expliquer certains aspects fondamentaux du monde : sa création (cosmogonie), les phénomènes naturels, le statut de l'être humain, ses rapports avec le divin, la nature ou encore avec les autres humains (d'un autre sexe, d'un autre groupe), etc.
Le mythe raconte une histoire sacrée pour celui qui appartient à la culture qui le crée. Il relate non seulement l'origine du Monde, des animaux, des plantes et de l'homme, mais aussi tous les événements primordiaux à la suite desquels l'homme est devenu ce qu'il est aujourd'hui, c'est-à-dire un être mortel, sexué, organisé en société, obligé de travailler pour vivre, et vivant selon certaines règles.
Le mythe se déroule dans un temps primordial et lointain, un temps hors de l'histoire, un Âge d'Or, un temps du rêve. Le mythe cosmogonique est « vrai » parce que le monde existe. Le mythe d'identité est « vrai » parce que la communauté dont il est l'image existe. Le mythe d'origine est « vrai » parce que la communauté le répète pour continuer de vivre.
Réciter le mythe produit une re-création du monde par la force du rite. Le mythe n'est pas récité n'importe quand mais à l'occasion de cérémonies : naissances, initiations, mariages, funérailles, calendrier de fêtes et célébrations.

Exemples de mythes
  • L'Odyssée
  • L'Iliade (du grec Ilion, qui veut dire Troie)
  • La Bible
  • L'un des derniers mythes de par son importance à être apparu est sans aucun doute celui du postmodernisme, selon lequel l'humanité serait vouée à sa perte de par sa soif insatiable de développement technologique. Dans la perception des tenants du postmodernisme, ce sont les machines qui auraient maintenant l'emprise sur l'humanité (cf Matrix)
  • Le mythe prométhéen qui dit que Prométhée apporta le feu aux hommes
  • Le mythe de Don Juan,

Pensée libre

Inspiré du site http://webduweb.free.fr

Ce terme ne désigne pas n'importe quel récit fabuleux, mais un récit tenu pour vrai, dans un système de croyances déterminées, en apparence opposé au discours rationnel. "Tout l'humain est engagé dans le mythe" (G. Bachelard). La question du mythe constitue l'un des problèmes les plus complexes de l'anthropologie, en raison de ce "chaos théorique" (Cl. Lévi-Strauss) : "Pour comprendre ce qu'est un mythe, n'avons-nous donc le choix qu'entre la platitude et le sophisme ? Certains prétendent que chaque société exprime, dans ses mythes, des sentiments fondamentaux tels que l'amour, la haine ou la vengeance, qui sont communs à l'humanité tout entière. Pour d'autres, les mythes constituent des tentatives d'explication de phénomènes difficilement compréhensibles; astronomiques, météorologiques, etc. Quelle que soit la situation réelle, une dialectique qui gagne à tous coups trouvera le moyen d'atteindre à la signification." (Cl. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Plon, p.228)

A l'origine, les mythe et légendes étaient des récits qui devaient absolument être transmis, sans doute parce qu'ils contenaient un savoir ou une vérité. Pourtant, ils peuvent relater des faits antérieurs aux civilisations connues, et c'est par les sources traditionnelles et culturelles que nous avons l'écho d'un lointain passé. Ils sont comme la mémoire des temps préhistoriques. Mais il semble qu'ils servaient aussi à donner des réponses toutes faites à toutes sortes de questions, et des explications à des choses très diverses, et surtout des indications morales... Le mythe est essentiellement un récit que les gens sentent dans un rapport régulier ou régulateur avec un aspect positif ou négatif de la vie.

Quelques exemples de mythes :
  • le mythe d'Œdipe, dont Cl. Lévi-Strauss lui-même donne une remarquable analyse. Œdipe tua son père et devint l'amant de sa mère
  • le mythe de Pandore. La première femme créé par Héphaïstos, était pourvue de tous les dons, et fut envoyée aux humains munie d'un vase contenant tous les bienfaits et tous les fléaux leur étant destinés. Ils se répandirent sur Terre, tandis que resta au fond de la boite à Pandore un piètre bienfait : l'espérance...
  • un mythe amérindien sur l'origine des femmes : "Les hommes vivaient sans femmes. Un jour, on leur vola de la nourriture. Les hommes chargèrent un oiseau de surveiller leurs provisions. L'oiseau vit des femmes qui descendaient du ciel le long d'une corde. De son bec, il coupa la corde. Les femmes, ne pouvant remonter, restèrent avec les hommes." (ibid.)
  • un mythe actuel : le mythe du progrès ou de la croissance sans limite (mythe Prométhéen)

La pensée mythique semble avoir des constantes :
  • les mythes entretiennent les uns avec les autres, à l'intérieur d'une même culture, ou d'une culture à une autre, des relations complexes (correspondances, filiations, parallélismes, convergences...); pour Lévi-Strauss, il faut considérer le mythe comme l'ensemble de ses versions
  • les mythes révèlent des préoccupations communes : recherche du sens de l'existence, souci d'expliquer la création du monde (cosmogonies), les origines de la vie ou de l'humanité, désirs d'amour, de gloire, de puissance, de protection, angoisses des hommes devant une nature hostile, la maladie, la souffrance, la mort et un au-delà de la mort, la fuite hors du monde ou hors du temps, la communion avec le divin
  • ils manifestent l'attrait des hommes pour le surnaturel, le merveilleux, en relation avec des questions d'ordre technique ou socio-politique; ils charment, séduisent, font plaisir à ceux qui l'entendent
  • constitués par projection des contraintes économiques, des structures politiques, des règles de la parenté, des usages sociaux, etc., ils ont une finalité : justification et codification des institutions politiques ou religieuses, des rites, des tabous, des interdits moraux ou sociaux; constitution d'une mémoire collective des généalogies et des événements marquants, etc.
  • ils connaissent une évolution de leur contenu symbolique.

Du point de vue de l'ethnologue, le mythe apparaît comme un message par l'intermédiaire duquel une collectivité transmet de génération en génération ce qu'elle garde en mémoire de ce qu'elle considère comme son passé, dont le point de départ se confond avec l'origine des dieux et qui a pour limite inférieure une époque assez éloignée pour que le narrateur se trouve dans l'impossibilité de vérifier la validité du discours qu'il tient, soit qu'il ait été témoin des événements qu'il rapporte, soit qu'il fonde ses dires sur ce que lui a rapporté quelqu'un qui en a été le témoin.

Conclusions possibles
  • le mythe apparaît comme un récit signifiant autre chose que lui-même
  • il concerne tous les aspects de l'existence et de la pensée humaines, avec lesquels il peut être mis en rapport ; on pourra alors l'envisager sous l'aspect d'un conditionnement de la pensée ou d'une aide à la vie
  • toute pensée, toute culture, toute époque, a ses mythes ; le mythe exprimerait plus fondamentalement un besoin de sacralisation de l'Autre, qui ne serait pas propre aux sociétés traditionnelles

Créé par: thanh2 dernière modification: Mercredi 19 of Mai, 2010 [22:38:51 UTC] par thanh2


Des abeilles et des hommes
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
RSS Wiki RSS Blogues
[ Temps d'exécution: 0.19 secs ]   [ Mémoire utilisée: 1.13MB ]   [ GZIP Disabled ]   [ Charge du serveur: 0.21 ]
Dernière mise à jour CVS: Dimanche 02 of Mars, 2008 [10:53:28 UTC]