Contrat Creative Commons
Le contenu de ce site, texte et images,
est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
imprimer

A partir du livre des abeilles et des hommes


Synthèse des idées

Après une analyse critique de la crise et de ses causes profondes, le livre présente des solutions émergentes : Internet et le Web collaboratif, l'intelligence collective, la contagion des idées par des cellules souches du changement qui permettent d'introduire la résilience humaine, les passeurs, c'est-à-dire les hackers, professionnels-amateurs, chercheurs et autres acteurs engagés dans une quête d'émancipation intellectuelle et dans la transmission des connaissances.
Si ces solutions émergentes ont prouvé leur efficacité, la question qui se pose est celle de la vitesse et de l'échelle du changement. Loin de tout pronostic, le livre présente alors des passerelles vers un monde libre et durable : les pistes transversales ouvertes par ces passeurs ne pourront devenir des solutions collectives que si une masse critique de personnes les empruntent librement.
Parmi ces passerelles, l'adoption de modes de vie durables comme fondement d'un mieux-être individuel ; la remise en cause de l'autorité et de l'éducation, qu'il convient d'explorer et non plus de subir passivement ; les territoires intelligents et communautés apprenantes TICA, qui écrivent les codes sources d'une autre société ; l'écologie du don, son abondance interne (le talent) permettant d'en nourrir la manifestation externe (générosité), fondant ainsi un « mieux vivre autrement ».

Principaux leviers de changement

Partant de là, les points suivants guident mon travail d'expérimentation in vivo.

Processus apprenants

Ces solutions, que j'ai accompagnées en live aux côtés de précurseurs, s'inscrivent dans un processus apprenant. L'objectif originel était de mener des expérimentations « à cœur ouvert » afin de diffuser librement les connaissances accumulées et de les rendre réutilisables par le plus grand nombre sans restriction marchande ou propriétaire. Échecs ou succès (le fameux « trial and error » cher aux acteurs de la Silicon Valley), tout est traité de façon à accroître le savoir collectif dans des domaines aussi complexes et interdépendants que les modes de vie durables.

Passeurs

Au cœur de ces solutions, se trouvent des acteurs qui, plus qu'inventer et tester des solutions, aiment partager et s'évertuent pour certains à transmettre les leçons au plus grand nombre. Ceux dont il sera beaucoup question ici sont les hackers et les proams (professionnels-amateurs) – mais le raisonnement s'applique tout autant aux autres types de passeurs.
Le hacker ne se réduit pas à l'image colportée par les médias dans les années 1980, c'est-à-dire celle d'un pirate nuisible qui s'attaque à des banques ou de grandes institutions pour se distraire. Aujourd'hui, le hacker désigne un "bidouilleur" astucieux, qui cherche à comprendre le fonctionnement d'un objet plutôt que d'être assujetti aux volontés d'un industriel marchand. On peut ainsi hacker un logiciel informatique, des appareils ménagers ou des produits culturels jetables... Le hacker est associé aux notions de virtuosité, de plaisir et d'indépendance. Les hackers ont fait l'objet d'études approfondies pour en comprendre les codes et motivations. Une éthique hacker a même été mise au jour1.
Les proams constituent une forme plus banalisée des hackers. Parce qu'ils développent par intérêt personnel une compétence forte dans un domaine, ils effacent les frontières avec les professionnels. Initialement actifs dans les loisirs – sport, bricolage, culture, astronomie, etc –, ils ont envahi le champ des modes de vie durables et constituent « une nouvelle forme de pouvoir qui transforme la société en profondeur ». S'ils ne sont pas aussi engagés dans la transmission que les hackers, ces enthousiastes rejettent le consumérisme passif, effaçant les frontières entre travail et loisir, producteur et consommateur. Tout le monde peut devenir proam. Le chemin passe par des tâtonnements, de l'effort, du temps, ce qui permet de bâtir une reconnaissance par les pairs.

Libre et durable

Ces processus d'émancipation s'appliquent naturellement à nos modes de vie. Rien ne nous empêche de devenir proam ou hacker de notre quotidien et de partager les recettes avec les autres, pour nous affranchir de la malinfo, de la malbouffe, du tout jetable et limiter ainsi notre dépendance à l'argent. C'est l'exemple des hackers qui "bidouillent" leurs appareils domestiques pour en améliorer l'usage et publient leurs astuces sur Internet, ou celui des proams qui partagent leurs recettes de cuisine ou trajets sportifs sur des cartes en accès libre.
Dans une société de surconsommation décervelante, il ne peut y avoir de durable sans émancipation intellectuelle, base de l'émergence d'une intelligence collective. C'est pourquoi libre et durable vont de pair.

Cela peut-il suffire ? A suivre...

Doutes et résistances au changement


Axes d'action


Créé par: thanh dernière modification: Mardi 10 of Mai, 2011 [17:01:24 UTC] par thanh


Des abeilles et des hommes
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
RSS Wiki RSS Blogues
[ Temps d'exécution: 0.22 secs ]   [ Mémoire utilisée: 7.97MB ]   [ GZIP Disabled ]   [ Charge du serveur: 0.38 ]
Dernière mise à jour CVS: Vendredi 26 of Octobre, 2007 [16:59:54 UTC]